-18

Certains contenus sur les pages suivantes sont de nature érotique ou pornographique. Si tu ne souhaites pas voir un tel contenu, ou si la législation dans ton pays ne t'autorise pas à le faire, n'entre pas sur ce site.

Les Priapiques

Cum cunno mihi mentula est vocanda.

À carreaux

photo

0
Un commentaire

Action ou Vérité ?

J'aime bien les jeux érotiques, comme on faisait quand on avait quinze ans, ces petits jeux où le perdant se voyait désigner un gage sexuel. Embrasser Machin ou Machine, enlever un vêtement, montrer une partie de son anatomie… Évidemment, chacun faisait exprès de perdre, parce qu'il voulait embrasser Machin ou montrer sa bite à Machine ; mais tout en faisant semblant d'être déçu de ne pas avoir gagné, pour ne pas que le stratagème soit trop évident ! Le jeu pouvait se prolonger assez longtemps, faisant ainsi monter lentement la tension sexuelle ; ce qui décuplait le plaisir lorsque la soirée basculait enfin dans l'action proprement dite.

Chez les homos, hélas, ces petits jeux préliminaires de nature à pimenter la vie sexuelle fonctionnent beaucoup moins bien. Voici par exemple comment se passe une partie de « Action ou Vérité ? » entre garçons. (Attention, sois bien attentif, ça va très vite.)

— On joue à Action ou Vérité ?
— Oh oui bonne idée, vas-y, commence !
— Bon alors. Action ou vérité ?
— Action !
— Suce-moi la bite.
— Ok.

Inutile de dire que ça ménage peu de temps pour laisser la tension sexuelle s'installer. L'avantage, c'est qu'on ne passe pas la moitié de la soirée à se demander si on va finir par baiser. L'inconvénient, c'est que c'est tout de même un peu dommage.

2
2 commentaires

Montre

photo

0
3 commentaires

Dante’s Inferno Uncensored

Un tonnerre horrible rompit mon profond sommeil, de sorte que je revins à moi comme quelqu’un réveillé de force ; et levé, les yeux reposés, je regardai autour de moi pour connaître le lieu où j’étais. Je vis que nous nous trouvions sur le bord de l’abîme de douleur, où retentissent d’infinis hurlements ; et cet abîme était si obscur, si profond, si sombre, que jetant mon regard au fond, je n’y discernai aucune chose.

« Nous descendons maintenant dans le monde ténébreux, me dit Virgile : je te précéderai et tu me suivras. » Ce disant, il entra et me fit entrer dans le premier cercle qui ceint l’abîme des Enfers. Là, à ce qu’en pouvait juger l’ouïe, point encore de cris ou de gémissements, mais des soupirs dont frémissait l’air éternel ; et ces soupirs semblaient venir de la tristesse, plutôt que de la souffrance, que ressentait des troupes innombrables de garçons nus.

Le Poète me dit : « Tu ne me demandes point qui sont ces esprits que tu voies ? Regarde leur corps entretenu, leurs muscles saillants, leur torse épilé. Ce sont là les légions qui peuplèrent jadis les clubs de gym du Marais ou de Greenwich Village, les Narcisse qui usèrent le tain des miroirs à force d’y contempler leur reflet. »

Je lui demandai : « Mais, mon Maître, dis-moi, quel fut leur péché ? Pourquoi leur âme hante-t-elle ici les Enfers, surplombant l’abîme ? » Et lui à moi : « Certains firent preuve d’impolitesse sur les réseaux sociaux envers les pauvres et les disgracieux, d’autres bloquèrent sur Grindr tous ceux de leurs semblables qui eurent l’audace de leur adresser la parole sans avoir de photo, d’autres encore se rendirent coupable d’arborer le slogan no pic no dial sur leur profil ; ils ont tous en commun d’avoir commis le péché de superficialité, le péché de n’avoir jamais jugé les autres que sur leur apparence physique, le péché de ne s’être jamais intéressés ni au cœur ni à l’esprit. »

Une grande tristesse me prit à l’écoute de cette réponse, car je reconnus des gens de haute valeur parmi les ombres qui nous entouraient : des chanteurs, des humoristes, des animateurs de télévision…

« Mais, repris-je alors que nous traversions l’épaisse forêt de ces esprits perdus, pourquoi l’air frémit-il de ces soupirs langoureux ? Qu’est-ce qui les fait tant souffrir ? Avons-nous bien franchi la porte des Enfers ? Tant de beaux hommes nus réunis pour l’éternité m’évoqueraient plutôt le Paradis… »

Virgile s’approcha de moi, et baissant la voix pour ne point être entendu des damnés que nous croisions : « Ils soupirent d’envie, bien sûr. Ils se consument de désir les uns pour les autres, la concupiscence les submerge. Seulement voilà. Nous ne sommes pas au Paradis, nous sommes bien en Enfer. Car du plus jeune au plus vieux, du plus imberbe au plus poilu, du moins bien pourvu au plus généreux TTBM, ils sont tous, sans aucune exception, exclusivement passifs. »

Je frémis d’horreur quelques instants à cette révélation du châtiment éternel qui accablait ces esprits ; mais déjà, mon guide descendait un peu plus profondément dans l’abîme et m’entrainait vers le second cercle.

3
Laisser un commentaire

Aussiebum

photo

1
Un commentaire

Zip

Il n’est de vrai braguette que la braguette à boutons. La fermeture éclair est une aberration, une tragique erreur de l’industrie textile, une invention perverse de quelque puritain horrifié par la vue d’un sexe. La fermeture éclair isole, cache, enferme hermétiquement ; tandis que la braguette à boutons, si facilement entrebâillée, montre, expose, attire. Les espaces libres entre chaque boutons, au travers desquelles on voit presque les sous-vêtements, sont si propices aux fantasmes – à l’introduction des doigts…

D'un point de vue sexuel, il y a entre une fermeture éclair et une rangée de boutons la même différence qu'entre un col roulé et un décolleté plongeant, la même différence qu'entre un caleçon et un string. Les premiers couvrent pour dissimuler tandis que les seconds couvrent pour montrer. Les premiers ôtent toute dimension érotique au corps tandis que les seconds la mettent en avant. Les premiers disent "pas touche" tandis que les seconds crient "baise-moi".

Bien sûr, ça fonctionne dans les deux sens. Non seulement je trouve les porteurs de braguettes à boutons très attirants, mais je me sens moi-même plus désirable lorsque j'en porte. Je me rappelle ce jour où, enfin libéré de la dictature vestimentaire maternelle, je pus choisir moi-même mes pantalons pour la première fois ; ceux que j'achetai alors étaient évidemment des jeans à boutons. Par cet achat hautement symbolique j'affirmais mon indépendance morale et financière, mais je signifiais surtout que je considérais désormais mon corps comme étant sexualisé et que je voulais que ça se remarque.

Manque de chance, mes revenus de jeune lycéen m'empêchèrent ce jour-là de choisir des jeans de grande qualité. Maintenus par de maigres rivets sertis dans du tissu trop fragile, la moitié des boutons avaient sauté quelques semaines plus tard. De rafistolage en rafistolage, je réussis néanmoins à les porter assez longtemps mais pour le coup, les larges ouvertures ménagées par les boutons manquant finirent par rendre ces jeans beaucoup trop sexuels !

1
2 commentaires

Travailleur manuel

photo

0
3 commentaires

Des modèles

Avec le temps, j’ai acquis une certaine expérience de la photographie de garçons nus – je crois que ce blog le prouve. Et je peux te dire une chose : il existe trois types de garçons. Pas deux, pas quatre. Trois exactement.

D’abord, ceux qui ne bandent pas pendant le shooting. Sans aucun complexe ils se déshabillent, prennent toutes les poses que tu veux, et même celles que tu ne veux pas, mais toujours ils restent flaccides. L’avantage est qu’il n’y a pas de gêne, pas de situation ambiguë. L’inconvénient est que pour certaines photos, on a besoin d’une petite érection, et il n’est pas toujours facile de l’obtenir.

Ensuite, ceux qui bandent pendant le shooting. Exhibitionnistes dans l’âme, l’idée même de la séance suffit à déclencher chez eux une solide érection. D’ailleurs, je soupçonne que c’est uniquement pour l’excitation que ça leur procure qu’ils acceptent de me servir de modèle. Inutile de dire que dans ces cas, la séance s’oriente rapidement vers des photos plus hard que soft : pas moyen de faire autrement.

(Tiens, puisque nous sommes entre nous. Une fois, une seule, j’ai accepté de servir de modèle à un pote. Non, inutile d’insister, tu ne verras jamais les photos qui sont sorties de cette séance ! Mais je peux te confier que l’expérience m’a appris que je faisais partie de la seconde catégorie.)

Enfin, troisième type de garçon, les plus rigolos : ceux qui au premier abord semblent appartenir à la première catégorie, très professionnels, très à l’aise ; mais qui perdent le contrôle et ne peuvent plus retenir leur érection dès qu’on sort une corde et qu’on commence à les attacher…

1
Un commentaire

Immobilisé

photo

2
Un commentaire

Prise en main

photo

1
3 commentaires

Le t-shirt

À la fac, il y avait ce copain que j’aimais beaucoup, un certain Vincent. Le jour, nous étions des amis comme tant d’autres. Nous allions en cours, faisions du sport, sortions en soirée… Mais la nuit, à son insu bien entendu, il devenait le principal support fantasmatique à mes activités masturbatoires. Il faut dire qu’il était rudement bien foutu, ce con, et surtout suffisamment exhibitionniste pour que personne ne l’ignore.

Souvent je me disais, et si je lui proposais une petite pipe, au lieu de me branler bêtement tout seul en rêvant à lui ? Comme ça, gratuitement, sans rien en retour, sans penser à mal, entre amis quoi ! Il ne pourrait pas refuser, me disais-je, aucun mec ne refuse jamais une bonne pipe ! On est naïf quand on est jeune – ou très ignorant de la psychologie des hétéros. Un soir, sans aller jusqu’à lui proposer franchement, je lui fis une allusion suffisamment marquée pour qu’il comprenne ; il ne le prit pas mal, bien au contraire, mais son refus n’en fut pas moins catégorique.

Quelques années plus tard, les hasards de ma vie professionnelle m’amenèrent à passer quelques jours à Perpignan. Comme c’était plus ou moins sur le trajet, j’avais décidé de rendre visite à ce vieux pote qui habitait désormais Toulouse. Nous passâmes une excellente soirée à bavarder, à picoler dans les bars de la place Saint-Pierre, à faire les quatre-cents coups… Au petit matin, alors qu’il me collait dans le train pour Perpignan, nous découvrîmes que mon t-shirt avait souffert des excès de la nuit. Comme je ne pouvais pas me présenter devant mon client dans cette tenue, nous échangeâmes nos vêtements sur le quai de Matabiau. Lui rentra chez lui avec mon t-shirt plein de taches, tandis que je filais vers mon rendez-vous avec son t-shirt certes un peu fatigué, mais présentable.

La journée de boulot se passa à merveille. Le soir venu, seul dans ma chambre d’hôtel perpignanaise, émoustillé par les retrouvailles de la veille, me vint l’envie irrépressible de me branler. Je compris très vite que ça ne serait pas simple. Le lit qui grinçait horriblement, les murs qui étaient mal insonorisés, je n'avais ni kleenex sous la main ni l'envie de rendre la chambre avec les draps plein de foutre…

L’idée s’imposa d’elle-même. La meilleure solution était tout simplement de me branler dans le t-shirt de Vincent. Était-ce son odeur qui imprégnait encore le tissu, la joie de l’avoir revu, l’idée que j’allais – symboliquement en tout cas – lui éjaculer dessus ? Ou bien la lenteur rendue nécessaire par les grincements du lit ? Je crois que ce fut l’un des orgasmes le plus long et le plus incroyable de toute ma vie !

Penses-y, la prochaine fois que tu prêtes un t-shirt à quelqu’un.

2
Laisser un commentaire

Bruits

Il y a la voisine de palier. Elle-même n’est pas très exubérante, je crois bien ne l’avoir jamais entendue. Les râles de son copain quand elle le suce, par contre, traversent parfaitement la mince cloison qui sépare leur chambre de mon salon. Elle a l’air douée, si j’en juge par ce que j’entends.

Il y a le couple du dessus. Il n’est pas rare que je sois réveillé en pleine nuit par le bruit de leur lit cognant en rythme contre le mur. C’est violent, intense, mais bref : rarement plus d’une ou deux minutes. Rien de surprenant, ça correspond à la durée moyenne du coït chez les couples hétérosexuels. J’espère pour eux que les préliminaires sont aussi longs que la pénétration est brève.

Il y a une voisine je-ne-sais-trop où, probablement dans l’immeuble de l’autre côté de la cour, je ne l’ai jamais identifiée précisément. Il arrive parfois, ces soirs d’été étouffants où tout le monde laisse ses fenêtres ouvertes, que le quartier l’entende hurler de plaisir au rythme des coups de rein de son mec. Et contrairement aux voisins du dessus, ça ne dure pas qu’une minute.

J’aime quand la maigre isolation phonique des appartements permet ainsi de surprendre les ébats sexuels des voisins. C’est excitant. C’est la vie. En terme de voyeurisme, je trouve ça presque plus amusant qu’un film porno : l’absence de l’image oblige à imaginer, ça fait de l’entraînement pour la grosse boîte à fantasmes qu’on a dans le crâne…

Une lesbienne de mes connaissance était du genre à pousser des cris fort peu discrets pendant l’acte. Un jour, sa voisine vint toquer à sa porte, s’inquiétant du bruit et souhaitant vérifier que tout allait bien. Elle la rassura sur l’origine de ses râles et s’excusa pour le dérangement ; puis, sans penser à mal, probablement pour meubler cette conversation qui devait tout de même être un peu gênante, elle cru bon de préciser :

– « Par contre, vous, je ne vous entends pas du tout ! »

Je crois que sa voisine ne l’a pas très bien pris.

0
Un commentaire

Property of England

photo

1
4 commentaires

Descendance

C’était une petite racaille de banlieue typique, le genre à s’habiller streetwear et à écouter du rap américain. La première fois que je l’ai vu, il voulait juste savoir l’effet que ça faisait de sucer une bite. Rien de plus. Hors de question d’embrasser ou d’avaler m’avait-il prévenu, puisqu’il était « complètement hétéro ». Soit ! L’idée me plaisait bien.

La deuxième fois que je l’ai vu, quelques semaines plus tard, il semblait s’être habitué à l’idée de ne plus être complètement hétéro, puisqu’il voulait savoir l’effet que ça faisait d’embrasser un mec. Je n’allais pas l’empêcher d’assouvir sa curiosité, d’autant qu’il s’était révélé très bon suceur lors de notre premier rendez-vous.

La troisième fois que je l’ai vu, quelques semaines plus tard encore, il voulait savoir l’effet que ça faisait de se faire juter dans la bouche et d’avaler le sperme. Il commençait à se libérer franchement et à prendre goût aux bonnes choses !

La quatrième fois que je l’ai vu, quelques semaines plus tard encore, il voulait savoir l’effet que ça faisait de se faire prendre. Il en avait déjà une petite idée, m’avait-il confié, puisqu’il s’était procuré un gode pour essayer. Impossible de faire ça dans ma voiture, comme les fois précédentes, nous aurions été trop à l’étroit. Aussi m’invita-t-il dans sa cave. Une racaille en survet’ qui voulait que je le prenne en levrette dans sa cave ! Comment voulais-tu que je refuse une proposition pareille.

Il n’y eu jamais de cinquième fois. Il ne m’a jamais rappelé. Je suppose qu’il considérait que son initiation était terminée, que son acceptation de son homosexualité était à peu près totale, et qu’il lui fallait maintenant diversifier ses expériences avec des mecs un peu plus jeunes et un peu mieux foutus que moi.

J’adore être ainsi la première expérience d’un petit jeune. On n’oublie jamais sa première fois. Et l’idée qu’il y a pleins de garçons (lui et quelques autres…) qui se souviendront de moi toute leur vie me plaît vraiment beaucoup.

3
2 commentaires

Ombres

photo

1
Laisser un commentaire

L'internat

L’internat. Six jeunes adultes dans la même chambre pendant une année entière. Bien sûr, il ne s’y passe jamais rien. Il n’y a pas de pédés. Au pire, ça mate discrètement sous la douche, ça joue au strip poker parce que c’est drôle (et pas du tout parce que ça permet d’assouvir quelques fantasmes exhibitionnistes), mais ça ne va jamais bien loin.

Une nuit, une insomnie, tu te réveilles à trois heures du matin. Impossible de te rendormir. Allongé sur le dos, les mains derrière la nuque, pour passer le temps, tu écoutes les respirations régulières de tes camarades. C’est calme, apaisant. Soudain, dans l’obscurité, le bruit discret d’un drap que l’on froisse. Tu n’y prêtes pas attention. Probablement un gars qui se retourne dans son lit. Quelques instants plus tard, le même bruit. Tu tends l’oreille. Ça se répète encore. Et encore. Pas de doute, quelqu’un, quelque part, dans cette chambre, a la main qui frotte doucement, tout doucement, mais en cadence, contre ses draps. Un de tes cinq potes est en train de se branler.

Lequel ? Le bruit vient d’en face, ce n’est ni ton voisin de droite, ni ton voisin de gauche. Ce ne peut être que Jérôme, Fred ou Karim. Mais impossible de savoir lequel. L’alignement d’armoires entre ta rangée de lit et la leur t’empêchent de localiser précisément l’origine du bruit. De toute façon, ça ne t’avancerait pas à grand chose. Même pas à mieux imaginer la scène. Tu les as tous vus à poil en de nombreuses occasions, mais jamais en érection, et Dieu sait comment une queue en pleine action peut être différente de la même queue au repos.

Le bruit est régulier désormais. Au début, il ne se donnait probablement que quelques caresses ; mais il a maintenant dépassé le point de non-retour, celui où il va devoir aller jusqu’au bout. Tu imagines sa queue dure, sa main qui va et vient lentement dessus, son gland humide. Tu imagines les efforts qu’il a déployé tout à l’heure pour ôter son boxer le plus discrètement possible dans son lit, les efforts qu’il doit déployer en ce moment même pour maitriser sa respiration. La lenteur. Tout est dans la lenteur. Un geste trop brusque, un mouvement trop saccadé pourrait faire du bruit, réveiller quelqu’un et le trahir.

Tu écoutes. Tu n’as jamais été aussi concentré sur un seul de tes sens – l’audition. Tu ne peux faire que ça. Écouter. Et bander. Surtout ne pas bouger. Le moindre bruit lui ferait comprendre que tu es réveillé, que tu l’épies. Il arrêterait immédiatement. Dans l’obscurité totale, tu guettes ses changements de rythme, tu étudies sa respiration, tu essaies de deviner à quel stade il en est, tu imagines à quoi il pense.

Ca dure longtemps. Très longtemps. Pas étonnant, il se caresse si lentement. Soudain, un râle vaguement contenu, un froissement de drap un peu plus marqué. Il a fini.

Et tu restes avec ton érection, allongé sur le dos, les mains derrière la nuque, l’esprit plein d’images excitantes, encore moins capable de dormir que tout à l’heure. Tu vas devoir te branler. Tu le sais. Tu n’as pas le choix. Alors, tu commences à imaginer les efforts que tu vas devoir déployer pour ôter ton boxer le plus discrètement possible, les efforts que tu vas devoir déployer pour maitriser ta respiration.

La lenteur. Tout va être dans la lenteur.

9
Laisser un commentaire



Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8