-18

Certains contenus sur les pages suivantes sont de nature érotique ou pornographique. Si tu ne souhaites pas voir un tel contenu, ou si la législation dans ton pays ne t'autorise pas à le faire, n'entre pas sur ce site.

Les Priapiques

Cum cunno mihi mentula est vocanda.

Bruits

Il y a la voisine de palier. Elle-même n’est pas très exubérante, je crois bien ne l’avoir jamais entendue. Les râles de son copain quand elle le suce, par contre, traversent parfaitement la mince cloison qui sépare leur chambre de mon salon. Elle a l’air douée, si j’en juge par ce que j’entends.

Il y a le couple du dessus. Il n’est pas rare que je sois réveillé en pleine nuit par le bruit de leur lit cognant en rythme contre le mur. C’est violent, intense, mais bref : rarement plus d’une ou deux minutes. Rien de surprenant, ça correspond à la durée moyenne du coït chez les couples hétérosexuels. J’espère pour eux que les préliminaires sont aussi longs que la pénétration est brève.

Il y a une voisine je-ne-sais-trop où, probablement dans l’immeuble de l’autre côté de la cour, je ne l’ai jamais identifiée précisément. Il arrive parfois, ces soirs d’été étouffants où tout le monde laisse ses fenêtres ouvertes, que le quartier l’entende hurler de plaisir au rythme des coups de rein de son mec. Et contrairement aux voisins du dessus, ça ne dure pas qu’une minute.

J’aime quand la maigre isolation phonique des appartements permet ainsi de surprendre les ébats sexuels des voisins. C’est excitant. C’est la vie. En terme de voyeurisme, je trouve ça presque plus amusant qu’un film porno : l’absence de l’image oblige à imaginer, ça fait de l’entraînement pour la grosse boîte à fantasmes qu’on a dans le crâne…

Une lesbienne de mes connaissance était du genre à pousser des cris fort peu discrets pendant l’acte. Un jour, sa voisine vint toquer à sa porte, s’inquiétant du bruit et souhaitant vérifier que tout allait bien. Elle la rassura sur l’origine de ses râles et s’excusa pour le dérangement ; puis, sans penser à mal, probablement pour meubler cette conversation qui devait tout de même être un peu gênante, elle cru bon de préciser :

– « Par contre, vous, je ne vous entends pas du tout ! »

Je crois que sa voisine ne l’a pas très bien pris.

0
Un commentaire


Commentaires

1. fiuuu – le 12/09/2012 à 07:33 – #
dans l'immeuble bien isolé de l'ancien appart de mon mari, une voisine hurlait de désir et de jouissance. truc de fou.

Poster un commentaire

Les commentaires sont désactivés sur cette entrée.